©Miami
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Maxine, broken doll

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Skaikru

avatar
Ai laik
Messages : 89
Points : 347
Date d'inscription : 19/11/2017
Age : 16


Feuille de personnage
Age: 17 yo
Rôle au sein du clan: conteuse et prof d'histoire
Avatar: Mimi Elashiry

MessageSujet: Maxine, broken doll Lun 20 Nov - 22:17

© Arrogant Mischief sur Never Utopia
Maxine González

« my little sunshine, trust no one »


۞ NOM : González
۞ PRÉNOM(S) : Maxine Gabriella
۞ SURNOM : Max, Speedy
۞ AGE : 17 yo
۞ SEXE : Nana
۞ ORIGINES : Mexicaines
۞ ORIENTATION : Hétéro
۞ CLAN/GROUPE : Peuple du ciel, baby
۞ ROLE au sein du groupe : Conteuse et prof d'histoire
۞ CRIME (seulement pour les 100) : Vol d'encre

۞ AVATAR : Mimi Elashiry
۞ DOUBLE COMPTE ? NON


PSYCHOLOGICAL CONFESSIONS
Toi, Maxine, t'as un sacré caractère. Il est vrai que tu te laisses pas faire, on peut pas dire que tu sois très imposante physiquement, mais t'as une répartie à toute épreuve. Les répliques cinglantes et les regards insolents, deux choses qui te caractérisent.
Mais malgré ton impétuosité apparente, t'es très sensible en vérité, tu pleures souvent quand le poids qui pèse sur tes frêles épaules est trop lourd à porter. Personne ne pourrait le soupçonner, car c'est ton sourire permanent qui marque les esprits à chaque nouvelle rencontre. T'es comme un rayon de soleil rieur, te voir triste mettrait fin à un mythe, un rêve. Y a cette expression que t'as vu dans des livres datant d'avant l'apocalypse: quand les poules auront des dents; tu connais pas les poules, mais le fait qu'elles aient des dents serait apparemment tout à fait improbable, aussi improbable que voir tes larmes. La plupart du temps t'aimes bien qu'on te voit comme cette fille forte, mais parfois, t'as juste envie de chialer et d'être réconfortée. T'es têtue et capricieuse alors t'as souvent ce dont tu as envie dans la vie, pour ne pas dire tout le temps, mais ça tu l'as pas. Faut dire que tu l'as cherché, t'as beau être charismatique, tu t'es mis pas mal de gens à dos avec les rumeurs et les problèmes que t'as créé, alors si tu montres de la faiblesse, tu te feras renverser.
Mais t'as d'autres défauts, faut pas croire que tu puisses être agréable à vivre. T'es narcissique, c'est un fait indéniable, t'aimes parler de toi, te mettre en avant, te donner en spectacle. Les gens qui ne t'aiment pas ne savent pas ce qu'ils ratent. T'es également égoïste, non tu ne donnerais pas ta vie pour sauver celle d'un inconnu, et oui tu détestes prêter tes affaires. Mais c'est ce que l'Arche a fait de toi, une jeune femme en compétition permanente avec les autres, parce que si t'es incapable de prouver ta valeur dans l'Espace, on t'envoie faire des pirouettes sans oxygène.
Mais t'es pas très courageuse, Max, t'as des dizaines de phobies et pas une seule que t'es déjà pu surmonter. Et pourtant t'es curieuse, t'essayes parfois de faire copain-copain avec les trucs qui te font peur mais t'y arrives jamais. Tu prends toujours la fuite, aussi rapidement que ton surnom Speedy le suggère.
Après avoir entendu tout ça, on pourrait croire que t'es une gamine totalement vide, mais les gens auraient tord de penser ça, t'as beaucoup de passions dans la vie. T'adores la lecture, des contes et des légendes principalement mais t'acceptes aussi d'autres ouvrages. D'ailleurs, t'as énormément de références historiques et si t'étais restée sur l'Arche plus longtemps, tu serais sûrement devenue prof. Heureusement que t'es venue sur Terre ! Les tatouages et les animaux sont aussi deux de tes centres d'intérêt, des trucs que t'as jamais vu en vrai et que t'avais peur de jamais voir. Mais la Terre t'a tendu les bras et t'as pu découvrir ces merveilles. Pour l'instant, tu n'as qu'un tatouage que t'as clandestinement réalisé sur l'Arche, il représente un aigle au creux de ta nuque mais t'as pour projet d'en réaliser plein d'autres.
Mais y a quelque chose que j'oublie de dire, ce tatouage dont t'avais tant rêvé, tu le dois à ton frère jumeau qui a su dérober de l'encre pour toi. Cette relation que vous entretenez est tout à fait unique et fusionnelle, ce qui est sûrement dû au fait que vous ne saviez pas que vous apparteniez à la même famille jusqu'à ce qu'il se fasse arrêter. Vous êtes très proches et extrêmement possessifs, personne n'a intérêt à s'approcher de l'autre s'il ne veut pas se faire scalper. Et malgré plusieurs disputes, vous finissez toujours par vous réconcilier.


STORYLINE OF THE CHARACTER

15.06.2015
« Mexico extends beyond its borders »

Les balles pleuvaient et s'enfonçaient dans le sol pour se taire à jamais. Une jeune femme zigzaguait au milieu des champs de blé, la peur au ventre tandis que le regard dénué de toute émotion du chasseur de migrants se posait sur elle. Il était absolument fascinant qu'elle ait pu traverser la frontière et arriver dans ce désert. C'était une femme, enceinte qui plus est, mais la chance et la détermination l'avaient portée jusqu'aux États-Unis. Bientôt, elle construirait une nouvelle vie avec des bases solides afin d'élever son enfant à naître comme il se devait. La traversée avait été semée d'embuches mais une fois installée, la mexicaine en oublierait les sombres détails. L'histoire serait polie encore et encore au fil des générations afin de conférer une confiance sans faille aux femmes González. Car un récit familial est toujours plus agréable à entendre lorsqu'on ignore la souffrance qu'ont subi les nôtres.
Mais son voyage n'était pas terminé, elle avait besoin de tellement de choses, à commencer par un travail, synonyme de stabilité pour son enfant à naître. Elle traversa toute la côte est des États Unis, sans réel succès, personne ne voulait embaucher une femme mexicaine enceinte. Même les fastfood étaient un peu réticents. Elle enchaina donc les petits boulots médiocres dans la crainte de la naissance de son enfant.
Et un jour, elle rencontra -dans sa grande détresse- un homme adorable, employé à la NASA et prêt à lui offrir une place à bord d'une navette en direction de l'Espace. C'était une chance inespérée pour elle et même si elle était très terre à terre, elle accepta de se lancer à la conquête des étoiles pour sa fille.
Grâce à cette initiative, celle qu'on appellerait plus tard Abuelita Gabriella devint aux yeux de tous la sauveuse d'une famille qui aurait dû disparaitre avec l'Apocalypse.

31.10.2100
« born together, friends forever »

Les González ont toujours dû faire des choix compliqués afin de garder toute la famille en vie, c'est probablement dans leur génétique. Parmi ces rudes décisions, celle de María Gabriella González.
C'était un soir d'Octobre, le jour de la fête des morts, la jeune femme savait qu'elle allait accoucher mais elle n'avait confiance en personne d'autre que Dieu et sa meilleure amie, elle avait donc décidé de mettre son enfant au monde chez elle, presque seule. Les conditions étaient assez rudes, elle avait le front brûlant et ses muscles lui faisaient mal. Mais plusieurs heures plus tard, un petit garçon naquit sans aucun problème ou malformation et un sourire attendrit étira les lèvres de la jeune mère dont le front suant brillait à la lumière des néons. Mais bizarrement, une grande douleur tiraillait encore son corps, comme un second accouchement... Les regards des deux femmes se croisèrent brièvement mais la peur qui brûlait au fond de leurs prunelles était si grande qu'elle se ressentait même dans l'air. Depuis tout ce temps, María attendait des jumeaux. Mais sur l'Arche, deux naissances n'étaient pas concevables et la loi interdisait très clairement de posséder plus d'un enfant.

-Sofia, j'ai besoin que tu me rendes un très grand service...

C'est ainsi que toi, Maxine, fus élevée par ta mère tandis que ton frère jumeau fut confié à sa meilleure amie qui raconta à tout le monde qu'elle avait fait un déni de grossesse. Cette histoire était un peu bancale mais étonnement, personne ne se posa de questions.
Tu partageais secrètement le même père, la même mère et le même sang avec celui que tu considèrerais plus tard comme le meilleur de tes amis.

31.10.2116
« the eagle's betrayal »

Il te banda les yeux afin d'accentuer l'effet de surprise, demandant sur un ton qui ne se voulait absolument pas rassurant:

-T'as peur ?

Et comme il aurait pu l'anticiper, tu répondis d'un air confiant, un grand sourire aux lèvres:

-Je suis une González, cariño, les femmes de ma famille sont fortes et courageuses alors non, je n'ai pas peur.

Ces mots, tu les avais entendu des milliers de fois dans la bouche de ta mère et tu les avais répété au moins autant. Ils étaient comme une sorte de devise dans ta famille.
Soudain, une aiguille s'enfonça dans ta peau, tu arrachas le bandage que t'avais autour des yeux et te levas en furie:

-Aïe! Non mais c'est quoi ton problème? ¡loco!

-Tais toi, tu vas alerter toute la station ! Je suis en train de réaliser ton rêve, Speedy.

En jetant un coup d'oeil au matériel qui t'entourait et aux objets que ton ami avait dans les mains, tu compris ce qui était en train de se passer. Mais un tatouage à 15 ans, ça fait plus de mal que de bien. Et après plusieurs heures passées à mordre tes lèvres sous le coup de la douleur, tu pus admirer le résultat, un aigle majestueux dans le creux de ton cou. Un clin d'oeil au Mexique dont ta famille était originaire.
Tu te jetas dans les bras du jeune homme, le visage noyé par la larmes.

-La prochaine fois ce sera un serpent, assura-t'il, heureux d'avoir su te faire plaisir.

Jamais on ne t'avait fait un si beau cadeau d'anniversaire. La culpabilité s'empara alors de ton esprit, s'il avait su te faire un merveilleux présent, tu n'en avais pas pour lui. Pourtant, c'était votre anniversaire à tous les deux.
La journée défila devant tes yeux, mais tu peinais toujours à trouver une idée aussi formidable que celle de ton ami. Tu fis les cent pas dans toute l'Arche à la recherche de la moindre piste. Ton tatouage te faisait encore mal mais tu mettais ça sur le fait qu'il venait juste d'être réalisé, il faudrait du temps à ta peau pour s'en remettre. Mais la douleur persistait et devenait même de plus en plus intense, jusqu'à ce que tu t'écroules au sol, l'esprit complètement embué. Tout était flou autour de toi mais quelques éclats de voix lointains te firent comprendre que tu n'étais pas seule, ton corps fut soulevé dans les airs, les personnes autour de toi avaient l'air paniquées. Tu ne pouvais te concentrer sur autre chose que ce mal qui te rongeait doucement la nuque. Tu perdis peu à peu connaissance.
Quand tu te réveillas, le monde semblait encore un peu flou, tu étais allongée dans un lit, entourée par ta mère et ton meilleur ami, un pansement à l'endroit où se trouvait ton tatouage. L'ambiance était pesante mais ton réveil réchauffa la pièce.

-Mamita... Qu'est ce qui m'est arrivé ?

Ta mère se leva et vint s'asseoir au bord de ton lit. Elle passa sa main dans tes cheveux en souriant doucement comme elle avait toujours eu l'habitude de faire pour te réconforter.

-T'es tellement forte, mi hija, mais aussi tellement inconsciente... Sachez que cette histoire aurait pu se terminer de mille autres façons toutes pires les unes que les autres !

Elle avait haussé le ton, tu savais qu'elle avait dû avoir terriblement peur pour toi et c'était sûrement la raison pour laquelle elle ne déchainait pas sa colère sur ton complice. Tu souris, imaginant que cette histoire était terminée, mais au même instant -sombres coïncidences, comme je vous maudis- des gardes armés entrèrent dans la petite pièce.

-Maxine Gabriella González, vous êtes priée de bien vouloir nous suivre. Suite au vol d'encre dont témoigne le tatouage, qui vous a coûté ce passage dans la station médicale, nous nous voyons dans l'obligation de vous arrêter. Vous serez retenue jusqu'à ce que votre dossier soit réexaminé lors de votre dix-huitième anniversaire.

Ton monde se brisait, l'arrestation était l'un des prémices de la mort. Mais ce qui aurait pu être cent fois pire faillit arriver, ton meilleur ami commença à ouvrir la bouche pour se dénoncer. Après tout, c'était lui le vrai coupable, mais tu ne pouvais pas le laisser faire ça, sa mort serait trop douloureuse pour toi.

-Je suis coupable t'exclamas-tu, empêchant par la même occasion le jeune homme de parler.

Les gardes haussèrent les sourcils, un peu perdus.
Et sans un mot, tu serras ta mère dans les bras avant de te tourner vers ton meilleur ami. Tu esquissas un semblant de sourire, refusant de pleurer et l'enlaças.

-Joyeux anniversaire... murmuras-tu au creux de son oreille.

Quel plus beau cadeau que ce sacrifice pouvais-tu lui offrir ?

25.12.2116
« the loneliest moment in someones life is when they are watching their whole world fall apart, and all they can do is stare blankly »

Ta mère et ton meilleur ami venaient te rendre visite à chaque fois qu'il leur était possible de le faire, jusqu'au jour où aucun des deux ne se présenta. Tu patientas une, deux, trois heures. Mais rien. Tu ne comprenais pas et pour cause, tu n'avais pas les informations nécessaires pour y parvenir.

-Non ! Putain mais non ! Lâchez moi !

Ton regard s'illumina et tu relevas la tête, un vent d'espoir souffla en toi. Tu tambourinas à la porte de ta cellule jusqu'à ce qu'un garde vienne t'ouvrir, les sourcils froncés.

-Qu'est ce que tu veux, gamine ?

-Ce garçon, il vient pour me rendre visite, je l'ai attendu toute la journée, je pensais même qu'il ne viendrait pas ! Mamita est là aussi, n'est ce pas ?

Ton ainé s'esclaffa en se rendant compte que tu n'étais au courant de rien. L'Arche avait beau être dans l'Espace depuis longtemps, les esprits n'avaient pas tous évolué et certaines personnes prenaient un malin plaisir à voir les autres souffrir.

-T'as faux sur toute la ligne, fillette, ce type a tabassé un garde parce que votre "Mamita" a été envoyée à la dérive. On finira bientôt par être débarrassé de toute la crapule mexicaine à ce rythme. Enfin ça m'étonne pas que ta mère ait eu un enfant caché, les González couchent avec tout ce qui bouge, j'en sais quelque chose !

T'aurais voulu réagir, sauter au cou de ce garde, mais il referma la porte et tout ce qu'il te restait, c'était ta cellule et ton chagrin. Tu te jetas contre les murs, t'y blessant les poings, tu crias, tu pleuras. Mais rien ne pourrait te ramener ta mère. Ton meilleur ami était en fait ton frère jumeau, ton esprit était complètement embrouillé. Des milliers de questions se succédaient dans ta tête mais tu n'avais aucune réponse. Tu pleuras encore durant de longs jours, de longues semaines, de longs mois mais ce qui était fait ne pouvait être défait.

27.11.2117
« if you are brave enough to say goodbye, life will reward you with a new hello »

Le temps était passé. Tu avais cessé de pleurer. On te sorti de ta cellule, tes 18 ans n'étaient pas encore là mais tu imaginais que l'on t'envoyait à la mort. Tu te débattis mais ça ne servait à rien. Et finalement, tu fus placée dans une navette à destination de la Terre. La Terre, tu en avais tant rêvé, ça semblait iréel.


   
  ۞ PRÉNOM OU PSEUDO : Miami
   ۞ AGE DU JOUEUR : 16 ans
   ۞ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? my mind
   ۞ COMMENT TROUVEZ-VOUS LE FORUM ? jamais vu quelqu'un d'aussi cheum
   ۞ PRÉSENCE SUR LE FORUM : 28h/24
  ۞ QUELQUE CHOSE A AJOUTER ? love u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thehundredfall.forumactif.com/

Maxine, broken doll

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred Fall :: Evolution des personnages :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: